jeudi 31 octobre 2019

Reading: 'Street Survival Skills' by FerFAL - part 1/2

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51ZfLwUmuwL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg


 At the beginning of September, I ordered the latest book from FerFAL, the 'Modern Survivalist' from Argentina available on Amazon:
>>>Street Survival Skills: Tips, Tricks and Tactics for Modern Survival.<<<

What decided me to read it was the teaser he posted on >>>his blog<<<:


This review is both aimed at you, readers, and at me, as while writing it, I'll be able to remember details even better.

 A little less than half of the 258 pages are drawings illustrating the different topics. Most of the time, the text is on the left and the illustrations on the right, which is quite convenient even if I found it sometimes a bit difficult to go back and forth because the typography is very simple, every line looks the same. But in general that was a good idea to fill the book with illustrations. At the end of every chapter, there's a page designed to take notes.

Here's a shortened version of the table of contents:
  • Chapter 1: Survival Basics
  • Chapter 2: Awareness
  • Chapter 3: Gear
  • Chapter 4: Security
  • Chapter 5: Firearms and Self-Defense
  • Chapter 6: Bare Hand and Knife Fighting
  • Chapter 7: Improvised Weapons and Armor
  • Chapter 8: Defensive Driving
  • Chapter 9: Moving, Barricade and Gaining Entry
  • Chapter 10: Food and Cooking
  • Chapter 11: First Aid and Sanitation
  • Chapter 12: Improvisation and Practical Skills

The 5-page introduction sets the stage: the modern survivalism is about being prepared to survive X, Y or Z events, be it a storm, an economic crisis or violent crime. The latter is especially prevalent in a collapsing country, and there are many signs the First World countries are heading that way. Self-defense, security and awareness are at the core of this book for that reason.
Let's review the chapters one by one and list the different points of interest !

Chapter 1: Survival Basics


The author exposes the well-known survival rule of three's death factors: 3 minutes without air, 3 hours without temperature regulation etc. He gives you priorities in survival conditions, but concludes that regarding your likelihood of dying of thirst, for example, it's far lower than the probability to die of cancer or heart attack. He speaks about 3 seconds without a bullet in your head, I'd rather speak about general awareness in this case !

Secondly, he presents another priority-setting framework, the "Seven Circles of Preparedness": it spans from your mindset to the whole world surrounding you. I wasn't familiar with this tool. It gives you guidelines to focus your energy & resources on the most important topics before having to face a survival situation.

He then follows by a page on mind and body. Healthy diet and physical exercise are necessarily the fundamentals of survival, but you also need to forge yourself a strong mind to be able to not give up when things go south.

He exposes in another page the concept of bugging out, what it is and what it's not. If I remember well, his grand-parents had to flee Spain in a hurry for an Atlantic hop to Argentina so he knows what he's talking about.

He ends this chapter with a caution note on the potential manipulation perpetuated by politics or media. You need to be careful of fake news, false promises and puppets.

Chapter 2: Awareness


This chapter begins with the Colonel Jeff Cooper's four levels of awareness, spanning from white to red, which gives you a scale to evaluate your need for awareness. The author suggest to stay in a strong yellow / light orange level of awareness but I'm not sure it's good for your health to be in a constant state of mild stress.

He then insists on the importance of being able to control your emotions and your body language, to work on your "poker face". It may be more enjoyable to watch the n-th knife review but standing your ground when the time comes is far more important !

Thirdly, FerFAL talks about the need for observation and he lists different things you need to pay attention to in your environment, be it a potential danger or resource which could come handy in a survival situation. I do it naturally and so should you !

He lists also different suspicious behaviors to look for when there's people around. I learned it the bad way once, when I was traveling in a tramway through a not so friendly area and listening to music while wearing a hoody that limited my field of view...

He gives you some tips on ways to behave indoors in order to avoid being trapped in case of a robbery or mass shooting, but also to protect your belongings. Finding ways to escape a building is indeed a very good thing to practice, you never know when you'll need it.

He concludes this chapter with methods used to evaluate distances and crowd numbers. His illustrations for distances above 600 yards are pretty useless in my humble opinion, because they simply lack details. His crowd estimation technique seems okay though.

Chapter 3: Gear


This chapter starts with 6 pages on the EDC with an ordered listing of must-haves like cash, multi-tool and flashlight but also some overlooked items like a hidden handcuff key in your belt. I found that last one a bit overkill but in a collapsing society, the risk of being kidnapped for ransom rises.

Next we find 6 pages on clothing, both on the material and on the look characteristics to best blend in the environment and to have tactical capabilities.
There are two pages on things that go around your neck like ties, and it's full of tips to avoid being strangled and make the most out of a scarf.

After that, FerFAL describes the Home Survival Kit alongside the Bug Out Bag and the Very Important Papers bag, but it's quite short in my opinion and the lists on the left aren't titled so we don't know exactly if it's the BOB or the Home kit.

A car survival kit split between a Get Home Bag and a vehicle emergency kit is described next. Although the latter has a list of suggested items, the former is just conceptualized. I would like to know more about what to put in a GHB. According to the description, it's like a light version of the BOB.

The remaining 4 pages of this chapter are focused on the different firearms a survivalist would need to cover most scenarios. Revolvers, pistols, conversion kits, assault rifles, shotguns, rifles and carbines... The author gives hints on calibers and brands, and from what I gathered, he knows what he's talking about.

Chapter 4: Security

The first topic is security at home. You'll find tips to make your house a hard target, like changing the door for a sturdier one or placing safety films on your windows, but also notions about opsec: loose lips think ships as the saying goes, beware of people listening to your conversation about your next dinner out etc.

Another topic is the avoidance of scams and frauds, like unknown people asking for stuff through the intercom or fake prizes on your smart-phone that could deliver in fact Trojan horses. I would rather put this subject in the chapter on awareness, though I think it's an important aspect of your security, especially in a collapsed country where people try everything they can to get money.

Third part of the chapter is about how to walk safely in the street. The hardest target, for example the man in a family, should walk nearest to the road while the softest target walks along the wall. It also covers how to correctly wear bags to avoid pickpockets. The itineraries are also important, it's better to go the longer and safer way. The author gives to women tips on how to deal with stalkers, as lawlessness can increase these attitudes a lot.

Finally, we can read good advices on how to safely use ATMs e.g.: don't use them when there are suspiciously acting people around. Actually, I know somebody who got robbed of her credit card by a guy how pretended to help her in South Africa...

Chapter 5: Firearms and Self-Defense

This is probably the longest chapter of the book with a bit more than 40 pages: Si Vis Pacem, Para Bellum ! I won't be able to get into too many details but I'll get you an idea of all the subjects covered here. I learned a good deal with this chapter !

It begins with the famous four rules of gun safety: all guns are always loaded, finger off the trigger, gun pointed in a safe direction, identify your target before shooting. It's essential to put safety first, thumbs up to FerFAL.

You'll then learn how to draw from concealment and hold a gun when shooting or standing. I discovered here the "Position Sul" which consists of holding the gun in your dominant hand pointing downward and resting over the other hand.

I wasn't familiar either with point shooting: in essence, you shoot like if you're pointing your finger at the target. I think it requires some practice before becoming efficient at this ! It reminds me of instinctive bow hunting.

CQC stances are detailed alongside room clearing techniques (cutting the pie). I already got briefed on this with the Thunder Ranch videos but it's a good introduction.

8 pages give hints on how to shoot while moving, how to use cover and the dynamics of a gunfight. I would have liked to hear the clear difference between cover and concealment as an introductory paragraph, even if the author talks a bit about penetration in the ballistics topic in the following pages.

An important topic is dealing with the aftermath of a gunfight. Hint: don't burn corpses ! Knowing a lawyer beforehand, taking pictures and witnesses' contact information. In case of a disaster situation where police is not responding, be sure to document the event and your calls to the police but don't leave the corpse to rot in the street.

We also find details on obvious force multipliers that seem a bit overkill for the average Joe. I do want body armor, night vision or a sniper rifle but I'm not sure it's money well invested for those of us who aren't bathing in gold coins. We're talking about many thousand dollars for good quality equipment ! I'd rather pay for training first.
 
Something overlooked is the reality of punches/gun wounds vs what you see in movies. Having your face beaten makes it swell like hell for example, something which is a bit difficult to fake in a movie. I'm not sure this bit gives you any advantage over your fellow citizens though.

Toward the end of the chapter, we learn how to use a handgun as an impact weapon in case we run out of ammo or if it gets jammed. This is very useful IMHO as you can never be sure your gun will fire as expected. A gun makes your fist that much heavier that your enemy will feel it real bad !

Finally, we get tips on firearms training, e.g. how to reload single handedly or gun modifications like the "poor man's holosight". The author stresses the need to train like you fight because the situation may not be in your favor when the bullets begin to fly. He also talks about the advantages of dry firing on a regular basis: it's inexpensive and train your muscular memory.

Did I say this chapter was the main dish ? :-)

We're right in the middle of this 250-page book. To be continued...

dimanche 22 septembre 2019

Kit de survie - Survival kit


(ENGLISH VERSION BELOW THE FOLD)

Depuis des années, ce kit de survie fait partie de mon BOB et fort heureusement je n'en ai jamais eu besoin mais il est toujours intéressant de se replonger dedans pour en faire un audit et procéder à d'éventuels changements. Il est librement inspiré du kit de survie BCB Ultimate.

Contenantboîte aluminium étanche Highlander.
Cette boîte relativement étanche (dépend de l'état du joint en sortie d'usine) peut être utilisée en cas de besoin comme popote de fortune en retirant simplement le joint d'étanchéité. Sa taille lui permet de rentrer dans les poches latérales de la banane Snugpak ResponsePak verte (clone entrée de gamme du Maxpedition Proteus Versipack) qui me sert de sous-BOB avec l'essentiel de survie. L'idée est d'avoir cette banane toujours sur soi et de pouvoir survivre sans le sac à dos du BOB. On peut la porter en bandouillère si besoin.



Contenu :
- couverture de survie (accrochée à l'extérieur de la boîte l'aide d'un élastique)
- miroir en verre 2"x3"
- mini-lampe à dynamo Frendo (je l'ai préféré à la lampe Photon que je possède aussi qui, bien que petite et puissante, risque de ne pas tenir la longueur d'un épisode de survie)
- sifflet à roulette Elless (très puissant)
- bougie
- cordelette
- deux collets en laiton
- crayon 6B (très gras donc facile à utiliser)
- kit couture
- pansement et pansement 8x12cm à découper
- 2 lames de scalpel (pour du travail de précision ou une pointe de flèche)
- filtre à café (pour filtrer de l'eau)
- sac zippé Albal (divers usages dont le transport d'eau)
- allumettes toute surface
- papier toilette
- 8 bas de ligne de pêche avec hameçon de tailles diverses et un gros hameçon pour la mer
- 3 émerillons et des plombs de pêche
- 8 pastilles Micropur Forte
- clé USB 64Gb avec copie des papiers importants et documentation de survie
- un ballon de baudruche

RETRAITS :
- capsule de sel
- grande épingle à nourrice

CHANGEMENTS :
- couteau suisse Excelsior vintage >>> couteau suisse Spartan (avec pince à épiler)
- boussole Recta >>> boussole Silva (plus précise) 
- partie étincelle d'un briquet muni d'une pierre Zippo qui fait de grosses étincelles >>> briquet (plus encombrant mais plus pratique)
- tresse de pêche >>> 5m de fil de pêche Trilene 16,2kg
- coton hydrophile >>> tampon hygiénique (plus de matière dans un plus petit espace)

AJOUTS :
- duct tape kaki
- lame de cutter
- scie à métaux (oubliée sur la photo)
- scie-fil
- compresse 20x20cm
- cachet Doliprane


Poids : 370g
Taille : 13,5 x 9,5 x 4,5cm


For years, this survival kit has been part of my Bug Out Bag and fortunately I never needed it but it is always interesting to dive back in, to make an audit and potentially make some changes. It's freely inspired by the BCB Ultimate Survival Kit.


Container: Highlander waterproof aluminum box

This relatively tight box (depends on the state of the seal when it comes out of the factory) can be used when needed as a makeshift mess tin by simply removing the seal. Its size allows it to fit well in the side pockets of the green Snugpak ResponsePak fanny bag (entry-level clone of the Maxpedition Proteus Versipack) which serves as a sub-BOB with the minimum stuff required to survive. The idea is to wear this fanny bag at all time and to be able to get the hell out of dodge without the heavy backpack. It can be worn as a messenger bag if necessary though it's not made for this use.



Content:

- survival blanket (tied on the outside of the box with a rubber band)
- 2"x3" glass mirror
- mini Frendo dynamo lamp (I preferred it to the Photon lamp - I do own one of these - which, although small and powerful, may not stand the length of a survival episode)
- Elless roulette whistle (very powerful)
- candle
- cord
- two brass collars
- 6B pencil (very greasy so easy to use)
- sewing kit
- band-aids and 8x12cm sticking-plaster
- 2 scalpel blades (for precision work or a makeshift arrowhead)
- coffee filter (for water filtering)
- Ziplock bag (various uses including water transport)
- strike-anywhere matches
- toilet paper
- 8 fishing lines with hooks of various sizes and a big hook for sea fish
- 3 swivels and fishing leads
- 8 Micropur water purification tabs
- 64Gb USB key with copy of important papers and documentation on survival
- a balloon

WITHDRAWALS:
- salt capsule
- large safety pin

CHANGES:
- vintage Excelsior Swiss army knife >>> Spartan Swiss army knife (with tweezers)
- Recta compass >>> Silva compass (more precise)
- spark part of a lighter with a Zippo stone that makes big sparks >>> a simple lighter (more bulky but more practical)
- fishing braid >>> 5m of strong Trilene fishing line (up to 16,2kg)
- hydrophilic cotton >>> hygienic tampon (more material in a smaller space)

ADDITIONS:
- khaki duct tape
- cutter blade
- metal saw
- wire saw
- 20x20cm compress
- Doliprane stamp

Weight: 370g
Size: 13,5x9,5x4,5cm

samedi 30 décembre 2017

Lecture : "Survival n°11"





Suite à ma première critique de lecture concernant Survie Magazine n°1, je vous propose aujourd'hui mon point de vue sur une autre publication dans le thème survie/survivalisme.

Survival n°11


84 pages (dont 9,5 pages de pub et 5,5 pages de promo interne), format 19,5 x 26,5 cm couleur, couverture matte. Bimestriel à 7,5€. Un aperçu est disponible ici : Survival n°11.
En gros titre, on nous promet des tips pour se défendre, enfin, pour se "protéger" ce qui est un poil différent. Mais se protéger de quoi ? Le bonhomme en première page est sapé comme un résistant avec sa veste commando, sa paire de jumelles et son sac à dos, on s'attend donc à trouver un tuto pour repousser une division de Panzer ! Cependant l'édito nous refait vite descendre sur Terre, car "ce numéro est essentiellement orienté bucolique". Je cris à la publicité mensongère ! Bon, à côté de ça, il faut avouer que l'édito est assez propre, nous incitant à profiter de la saison froide pour se documenter, se faire des fiches techniques, engranger de la connaissance.
Le sommaire met en avant deux articles qui ne se rapportent pas nécessairement au titre tapageur "Savoir se protéger", surtout l'omelette des cheminots russes qui, bien qu'un brun exotique, ne colle pas vraiment au thème général de la survie...

Premier article d'une page sur un test de radio outdoor, qui a déjà été publié en ligne : Test : radio à manivelle The Friendly Swede. L'url raccourci est difficile à lire, on peut confondre le "l" avec un "I" ou un "1"... Comme je l'ai dit pour Survie Magazine, je m'attends à lire des trucs inédits plutôt que des articles web.

Second article, rubrique "Connaissance", sur les plantes indispensables en phytothérapie sur 5 pages. Y sont décrits la sauge, le lin, le thym, le bouillon-blanc et le saule. Le contenu tient la route, l'auteur décrit les différents usages médicinaux. Maîtriser cinq plantes vaut mieux qu'avoir une connaissance parcellaire sur l'ensemble de la pharmacopée naturelle, c'est donc à mon sens une bonne introduction à la phytothérapie.

Troisième article, rubrique "Equipements", de 4 pages sur la Tentsile Flite +, un hybride tente/hamac qui "fait le buzz sur la toile". Même auteur que pour le test de la radio, et déjà publié online : Test : "Tentsile Flite+" mi-tente, mi-hamac. Punaise, faudra-t-il sortir le smartphone avant d'acheter ce magazine pour voir quelle est la proportion d'articles disponibles gratuitement sur le net ?!
Quoiqu'il en soit j'aurais bien aimé trouver des notes pour chaque point de la tente, du genre 10/20 pour le confort etc.

Quatrième article, rubrique "Connaissance", de 5 pages sur la lutte "contre la déshydratation et les autres problèmes dus à la chaleur". Tout à fait dans le thème de la survie, c'est la seconde partie d'un article publié dans un numéro précédent. L'information semble pertinente mais comme dans l'article sur l'eau dans Survie Magazine, la plupart des photos n'apportent malheureusement pas de plus-value.
Un peu de vérification des faits nous montre que l'auteur a pris des libertés en nous donnant la recette de la ration de réhydratation de l'OMS, en effet nulle trace de banane dans les ressources officielles, cet ingrédient est cependant mentionné sur un site dédié à la réhydratation, pour améliorer le goût et apporter du potassium.

Cinquième article, rubrique "Technique", de 3,5 pages sur la hache de combat. On se recentre sur le titre de la couverture, à savoir la protection. On n'y apprend pas énormément de trucs, d'ailleurs les 4 photos qui sont sensées montrer un enchaînement de coups manquent de cohérence entre elles. Les autres photos n'apportent pas de plus-value extraordinaire, c'est quand même dommage de gaspiller de l'encre pour remplir des pages. Typiquement, une photo d'un gars en train de fendre du bois, sous-titrée "La hache est un outil irremplaçable pour le travail du bois", alors ok les citadins sont des manches une fois sortis de la ville, mais je doute qu'un lecteur adulte ait besoin qu'on lui rappelle cette vérité. Une autre photo nous présente trois haches plantées dans un tronc, sous-titrée "Différents types de haches pouvant être utilisées pour le combat", pourrait-on connaître les types en question, du genre "de gauche à droite blablabla" ?

Sixième article, rubrique "Connaissance", de 3 pages sur le Moringa oleifera, un arbre aux "innombrables vertus". Ne connaissant pas cette plante, j'ai apprécié cette présentation. Par contre c'est dommage d'attendre le dernier paragraphe pour apprendre que sous nos latitudes, ça ne pousse qu'en intérieur (d'ailleurs au milieu de l'article il est conseiller de le cultiver "dans un coin de son potager", ce qui n'est pas possible en France, donc incohérence)...
Alors c'est effectivement un arbre miracle mais il ne faut pas compter dessus pour en faire commerce, vu qu'il restera à la taille arbuste. Je pense que l'auteur aurait pu écrire un petit paragraphe pour détailler la multiplication de cet arbre, qui peut se faire tant par semis que par bouture.

Septième article, rubrique "Interview", sur 2 pages concernant le futur salon du survivalisme. 150 exposants annoncés, des activités, des conférences, ça donne envie d'y faire un tour, surtout si on se trouve proche de Paris. Pas grand chose à dire car c'est territoire inconnu pour l'instant. Espérons que ce salon soit à la hauteur de la description qui en est faite !

Huitième article, rubrique "Technique", de 3 pages sur un bras pivotant à hauteur réglable pour faire chauffer la popote en bivouac. Très orienté bushcraft, cette installation pourrait facilement se retrouver dans un camp scout. Les photos sont bien sous-titrées et la marche à suivre plutôt explicite. Vous pouvez lire l'article pour vous en faire une idée sur le forum Instinct de Survie : Un bras pivotant à hauteur réglable

J'arrête de compter les articles... Une double page sur les friandises de noisetier au chocolat, une recette un peu "roots" qui n'a pas vraiment attrait à la survie et dont les photos prennent carrément trop de place.

En 4 pages la description des techniques de survie de l'Armée de terre présentées lors de journées portes ouvertes. Les techniques sont succinctement détaillées, avec le matériel requis, le temps de conception et le nombre d'individus minimum requis. Les photos sont nombreuses mais mal agencées, et elles encombrent plus qu'autre chose. Des croquis auraient été bien plus intéressants, mais la main d'oeuvre coûte cher, un simple appui sur le déclencheur de l'appareil photo permet d'illustrer à bas coût le propos, c'est plus économique... Cet article est très superficiel et ce n'est pas avec ça qu'on va survivre...

En 3 pages une présentation du Resqme, ce petit porte-clé qui permet, lors d'un accident de voiture, de couper les ceintures de sécurité bloquées et de briser les vitres latérales. J'en possède un depuis de nombreuses années mais je n'ai pas eu l'occasion de m'en servir, fort heureusement ! Les photos illustrent bien la description de cet objet et les précautions d'usage sont clairement énoncées : pouce bleu !

Sorte de grand reportage en 7 pages, le récit d'une expédition en vieux tacot bolchévique Zaporojets de 1983, dans la rubrique "Aventure". C'est une sorte de recette pour tuer une vieille bagnole, tout en prenant l'air. À moins qu'un détail m'est échappé, les trois lascars n'ont pas vécu de situation de survie lors de leur périple, mais bon ça hume bon l'aventure, la galère et le cambouis. Disons que ça a le mérite de nous faire voyager, même si l'intérêt est très moyen dans une revue de survie...

Zoom sur le rôle médicamenteux des écorces sur 2 pages. Petit détour en Côte d'Ivoire dans le premier paragraphe avant d'aborder l'usage d'écorce du saule et du bouleau. La méthode nous est donnée pour préparer une infusion d'écorce, mais ce n'est bien sûr qu'une introduction et il nécessitera de se documenter plus longuement dans des livres par exemple.

Présentation sur 3 pages des sous-vêtements techniques Wool Power Lite, écrite par un fin connaisseur. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un test, on peut se faire une bonne idée de la qualité du produit au fil des paragraphes détaillés. On s'étonnera de la photo où une femme portant ces sous-vêtements semble se peler les fesses ! Pour ceux qui veulent optimiser leur préparation dans tous les domaines, et notamment celui de la régulation de la température corporelle qui nous est essentielle.

Guide mycologique sur 4 pages, niveau "débutant" comme il est précisé. Un avertissement sur la consommation des champignons a été judicieusement inséré en début d'article. Le guide est bien structuré, avec en premier la méthode de cueillette, en second la présentation des types de champignons suivi d'un zoom sur cinq espèces facilement reconnaissables et enfin une conclusion. Le sujet des champignons est toujours un peu délicat parce que les espèces sont nombreuses et parfois difficiles à différencier les unes des autres. Je suis étonné de ne pas voir dans leur liste pour débutant le rosé des prés, un type d'agaric proche du champignon de Paris, que l'on peut trouver souvent dans les prairies, poussant en "rond de sorcière".

Dossier en 4 pages sur les chaussettes techniques, par le même auteur que le topo sur les sous-vêtements Wool Power. Article intéressant, illustré notamment par deux photos illustrant le "pied de tranchée", affection du pied en conditions humides et froides qui mène à la gangrène. Ça donne froid dans les bouts de pied ! Les différents textiles utilisés dans les chaussettes sont détaillés, à chaque utilisation son matériau.

Nous arrivons aux omelettes des cheminots russes sur 2 pages, le truc qui ne va pas trop vous servir en situation de survie, surtout que pour réaliser cette recette, "il vous reste à trouver un train à vapeur". L'idée est d'illustrer la "capacité de débrouillardise" des humains, mais franchement c'est plus du folklore qu'autre chose...

Dossier de 6 pages sur les machettes, seconde partie d'un article paru précédemment. Y sont passés en revue les différents modèles de base. Près d'une trentaine de lames photographiées, mais elles n'illustrent que pauvrement les types de machettes détaillés dans l'article. On s'attendrait à avoir une description de type associé à une photo, mais ce n'est malheureusement pas le cas, l'organisation spatiale des photos est à revoir... L'article se termine sur une évidence : "Tanto - Machette à lame Tanto." On aurait pu s'attendre à une petite précision sur l'origine de cette forme de lame, mais la place manquait probablement.

Pour conclure ce numéro, une histoire de survie sur 3 pages à propos des Robertson, une famille de naufragés pendant 38 jours. Comme toujours, toutes les photos ne sont pas utiles aux lecteurs, mais le récit de cette galère qui aurait pu s'avérer mortelle est assez intéressant pour qu'on en retire une bonne impression. Au bout de deux semaines sur leur radeau, la petite famille a dû avoir recours à une technique quelque peu extrême pour s'hydrater sans s'intoxiquer : absorber de l'eau croupie par l'anus, comme l'avait montré ce bon vieux Bear Grylls dans une de ses émissions si ma mémoire est bonne.

En conclusion, Survival me semble avoir un meilleur rapport qualité/prix que le tout nouveau Survie Magazine, mais il y a encore de la marge d'amélioration. Gageons qu'avec le temps ces deux revues atteindront un niveau de qualité plus élevé. Il y a trop de photos inutiles à mon sens, des articles parfois trop superficiels ou qui s'éloignement du thème de la survie.

dimanche 10 décembre 2017

Lecture : "Survie Magazine n°1"



Ayant récemment replongé mon nez dans le monde de la survie, mon regard a été attiré hier soir par deux magazines dans le rayon presse d'une grande surface. Il s'agit de Survie Magazine n°1 et de Suvival n°11. Après les avoir feuilleté, je me suis laissé tenter et j'ai dépensé 7,5€ pour acquérir chacune de ces deux parutions. Je vais partager avec vous mes impressions de lecture et je vous préviens je n'ai pas pris des pincettes !

Survie Magazine n°1


84 pages (dont 11,5 pages de pub), format A4 couleur.
Comme le précise le rédac chef dans l'édito, la presse papier va mal. Forcément, on est en 2017 et Internet est devenu LE vecteur de l'information. Se lancer dans le secteur moribond des magazines est un peu couillu. Le rédac chef ne répond pourtant pas à la question qu'il pose : pourquoi lancer Survie Magazine dans ce contexte économique ? Apporte-t-il une plus-value au lecteur ? Quel est l'avantage concurrentiel qui va le faire survivre, sans jeu de mots ?
Ça se poursuit par "nous tenons à nous différencier du concept de survivalisme américain très centré sur l'apocalypse et l'anxiété", importante précision quand on voit qu'ils sont partenaires du "premier" Salon du Survivalisme alors que c'est un magazine de survie...

Après l'édito, le sommaire et de l'info-pub, un article de 4 pages sur la recherche et le filtrage de l'eau. À quoi sert une photo sous-titrée "Comment fabriquer un filtre à eau", s'il n'y a pas de description de l'installation photographiée ? A priori il s'agit d'un trépied fait de bâtons auxquels sont accrochés trois étages de poches en tissu l'une au dessus de l'autre. Une autre photo d'une demi-page avec un gars qui récupère de l'eau dans un étang avec... roulements de tambour... une bouteille en plastique !! Wouahou ! "La bonne vieille bouteille en plastique s'avère toujours utile." Tu m'étonnes... Une autre photo encore, de distillateur solaire qui, si on ne connait pas le principe de fonctionnement, n'apporte strictement rien au lecteur. On aurait préféré un SCHÉMA !! En parlant du permanganate de potassium comme agent purifiant, il est noté entre parenthèse "attention néanmoins à ce produit" : peut-on en savoir plus ? Qu'est-ce qui est dangereux, la dose ? L'exposition aux yeux, aux muqueuses ?
Un autre truc délirant : "le matin, marchez une petite heure avec votre tee-shirt ou un morceau de tissu noué autour de vos chaussures." L'idée est de récolter de la rosée, mais franchement, vous êtes sérieux en conseillant de marcher aussi longtemps ? Il suffit de trouver une prairie et de traîner le T-shirt sur les herbes...

Article sur les couteaux de survie, s'étalant sur 5 pages. Déjà la première photo, floue, montrant un abri de branches et fougères, avec lit et table intégrés, sous-titrée "Un couteau de survie peut vous servir à construire un abri." Sans blague ? Je croyais que ça servait à se curer le nez... Il faut qu'on m'explique aussi  comme le couteau de survie "peut aussi servir lors du nouage de ses branchages", en parlant du fameux abri si bien illustré. J'ai envie de dire : WTF ?!
Petite citation : "votre couteau vous permet de récupérer des copeaux de bois ou de racler un morceau de bois avec la lame créant ainsi de l'amadou, ce qui s'avère précieux lors de la réalisation de son nid douillet (feather stick) et démarrer un feu sous n'importe quelles conditions." Non mais stop là , j'en suis seulement à la page 14 et j'ai déjà envie de transformer ce magazine en allume-feu... "Récupérer" des copeaux de bois avec un couteau ? Est-ce bien le verbe récupérer ou j'ai la berlue ? Ah mais voilà, il y a une énorme photo pour illustrer cela, sous-titrée "Votre couteau permet de râcler [Ndlr : accent circonflexe authentique] des copeaux de bois pour faire du feu", sauf que le gars est plutôt en train de DÉCOUPER des copeaux... En raclant un morceau de bois, on peut donc créer de l'amadou, toujours selon l'auteur, et lancer un feu même par temps humide youpi ! Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire... Allez je passe au prochain gag : "Par contre un couteau ne doit pas être simplement choisi car il résiste au bâtonnant, tous les experts en survie vous dirons[..]". Deux coquilles l'une à la suite de l'autre dans une même phrase, je propose une médaille.
Mais le plus dingue c'est le titre "Couteau de survie : lequel choisir ?", alors que juste après on t'explique que c'est un choix très personnel et qu'il n'y a pas de couteau de survie type. Ah bah merde, je croyais qu'on allait me conseiller le meilleur type de couteau pour la survie...

"Marque de fabrique" affichée, les grands reportages. Celui qui fait la couverture porte sur un trappeur en Sibérie prénommé Anatoli. Le reportage tient 8 pages, avec de grandes photos pleine page, mais le texte ne tient en fait que sur une seule page. Il semblerait qu'il n'y ait pas grand chose à dire sur ce bon vieux Anatoli et son vieux fusil de chasse "à la crosse sculptée" (on s'attendrait à voir un dessin de cerf fait à la main, au coin du feu, mais en fait ce ne sont que de vulgaires rainurages). J'aurais aimé trouver au moins un petit encart avec une astuce de survie détaillée et adaptée à ce contexte géo-climatique...

S'en suit un article sur les insectes comme source de nourriture, qu'on peut tout simplement lire en ligne : 5 RAISONS QUI DEVRAIENT VOUS FAIRE PRATIQUER L’ENTOMOPHAGIE. Si j'achète un magazine, ce n'est pas pour trouver des articles disponibles en ligne, non mais quelle arnaque !

Je ne suis même pas arrivé à la moitié du magazine... C'est une situation de survie en elle-même, cette lecture !!!

Suivent 8 pages d'interview d'un formateur "vie dans la nature" et d'un formateur combat/survie/fourre-tout. À un moment ça part en trip philosophique avec une citation de Krishnamurti, se concluant par "aujourd'hui l'homme refuse d'admettre que lorsqu'il tombe, ce n'est pas la faute de son pied." Je propose un dépistage de THC en urgence !!
Trois photos de végétaux avec une légende super utile : "On peut très bien se nourrir avec des plantes, encore faut-il savoir les reconnaître." Vous êtes sérieux ? Donc en gros il faut venir à vos formations pour savoir quelles sont ces plantes ? N'oubliez pas les gugus que j'ai déjà lâché 7,5€, je ne m'attendais pas à vous voir sortir des citations de lama tibétain...
Cela ressemble surtout à de la pub pour leurs formations, et je n'ai pas été vraiment convaincu !

Article self-défense sur la bonne manière d'utiliser une bombe lacrymogène, en 4 pages avec 14 photos différentes pour illustrer le propos. Son auteur Franck Ropers est un expert en Penchak Silat dont on retrouve les vidéos sur internet. Le gars pèse dans le game pour ainsi dire, on n'a pas envie de le taper pour le fun. Il y a un nécessaire paragraphe sur la législation qui prohibe bien sûr le port des bombes lacrymo et un autre sur la légitime défense (à mon sens incomplet). Les aspects techniques sont bien expliqués, le magazine n'est peut-être pas tout à brûler en définitive. Le seul truc qui me chagrine c'est que les photos d'illustrations sont prises dans la rue alors qu'il est bien mentionné que le port d'une lacrymo est interdit dans ce contexte-là (ok j'en conviens, c'est de la connerie législative).

Article "bushcraft" de 6 pages du bien connu David Manise, en fait des extraits de son dernier livre "Manuel de (sur)vie en milieu naturel". Pour avoir jeté un coup d’œil à la copie pirate qui traîne sur le net, il donne vraiment envie de l'acheter. L'article est tagué "Bushcraft" mais le contenu est centré sur "La puissance du mental" en situation de survie, surtout que sur la couverture du magazine on peut lire "Bushcraft - David Manise - La survie en milieu naturel" et j'ai envie de dire quel rapport ?
Contenu intéressant car écrit par un expert qu'on ne présente plus, mais c'est dommage que ce ne soit pas du contenu inédit. Si je possédais déjà une copie de son livre, je serais un peu frustré de tomber sur ces extraits.

Ensuite on tombe sur un dictionnaire d’abréviations anglo-saxonnes typique du tant décrié survivalisme américain (#TEOTWAWKI). Très utile pour survivre...

Quatre pages sur la cueillette des plantes sauvages. J'adore la pauvre photo d'une châtaigne perdue sur sa feuille, sous-titrée "une châtaigne". Faut vraiment être un parisien de troisième génération pour ne pas savoir ce qu'est une châtaigne ! C'est un article assez généraliste qui présente quelques photos de plantes comestibles probablement insuffisantes pour les repérer sans danger dans la nature. J'aurais préféré un focus sur trois ou quatre plantes, avec schémas, photos et moult détails. On saluera cependant la présence d'un encadré sur la législation de la cueillette.

Encore un "grand reportage" de 8 pages, cette fois-ci avec beaucoup plus de texte que pour celui du trappeur sibérien, traitant d'un stage commando au Gabon : la piste Malibe. Le style d'écriture est de bonne qualité, et on se laisse vite entraîner dans la jungle par l'auteur. C'est franchement cool mais on croirait lire un numéro de RAID, pas sûr que cela apporte grand chose au lecteur qui s'attend à lire des trucs sur la survie.

Puis un article de 4 pages intitulé "Le kit de survie ou bug out bag" rubrique "Pratique" (notons que sur la couverture il était annoncé comme "Le sac d'évacuation ou Bug Out Bag" rubrique "Matériel", c'est brouillon au possible). Dès la première phrase ça part en sucette : "Le pape du survivalisme est français". Ah bon ? L'auteur n'est visiblement jamais sorti de sa chaumière... Que dirait Rawles, Saxon et les autres en lisant cette phrase ? Je veux bien reconnaître que Vol West est le pape du survivalisme francophone, mais de là à en faire le pape du survivalisme en général, faut pas pousser Mémée dans les orties ! Troisième phrase de l'intro : "Plus de 400 000 personnes visitent son blog !" et là j'ai envie de demander, par jour, par semaine, par mois, par an ? Mais où est-ce qu'ils ont dégoté ces pigistes bordel !? Fin de l'intro avec une coquille extra : "Burn Out Bag". Oh Jackie faut prendre un congé parce que là t'es en burn out mon gars !
Il nous sort au premier paragraphe une citation de Kissinger : "Si vous n'entendez pas les tambours de guerre, c'est que vous êtes sourd ! La survie, c'est pour demain." et s'empresse de dire que la survie ce n'est pas le survivalisme, mais c'est bizarre parce que l'article parle du BOB du "pape du survivalisme".... Heureusement le reste de l'article tient la route, probablement parce que la source est correcte !

On approche de la fin, avec un article de 6 pages sur "Faire face à un chien" dans la rubrique "Comportement". Une page est consacrée à un rappel de la législation sur les chiens dangereux, et la photo d'une gueule prend une autre page. Je ne m'intéresse pas trop aux chiens donc je ne saurais évaluer la qualité de l'information, mais de mon avis de béotien, ça a l'air de tenir la route.

Avant dernier article, 3,5 pages de "Test Matos" sur les "Bottes tactiques". 8 paires testées par 5 personnes, avec un prix de 95 à 200€. Petit encadré sur les nouvelles chaussures de l'Armée française. Je doute que cet article ait sa place dans un magazine de survie, un peu comme le reportage sur le stage commando, mais il en faut pour tous les goûts !

Pour conclure un article de 3 pages sur "La thermorégulation : une base pour la survie" rubrique "Pratique". C'est une bonne chose qu'ils abordent la priorité numéro un en cas d'urgence. Pas d'info farfelue, on a même droit à un tableau de refroidissement éolien. Tu sens la patte "no bullshit"de Vol West.

Ainsi s'achève ma lecture, j'avoue que je suis plutôt déçu par tant la forme que le fond d'une grande partie de ce magazine. Peut-être est-ce dû à sa jeunesse ou peut-être que mon œil d'amateur averti qui s'intéresse à la survie depuis une vingtaine d'années s'attendait à un produit plus riche et propre pour les 7,5€ qu'il coûte ?
Trop de fautes, d'accents oubliés, de retours à la ligne intempestifs, on se demande si le texte a été relu avant de partir à l'impression ! Ça me rappelle le livre auto-édité de FerFAL...